Notre descente vers le monde

#1
Un bleu ensoleillé couvrait les horizons de notre paysage, un ciel azur ne changeant que très rarement pour un court passage blanc nous venant des nuages. On me disait souvent de ne pas trop admirer ce bleu infini au risque de ne plus jamais le quitter. C'est pourquoi je détachais mon regard pour de nouveau entendre l'animation provenant de la cité. Nous étions entourés par de grandes infrastructures nous protégeant des caprices de notre ciel. Nul ne savait vraiment comment furent bâtit nos murs, mais il était dit à nous, les plus jeunes, que les premiers à être montés étaient les auteurs de ce bien fait. Un bien fait qui amenait à notre peuple un bonheur sans fin. Une paix profonde et inestimable. À la tombée de la nuit, une lumière plus rayonnante encore recouvrait nos foyers, c'était par le feu que nous étions guidés et il était temps pour moi de rentrer.

Aux premières lueurs du jour.
- " Daikuzan il est temps. Prends place. "

L'entrainement était une part importante de ma vie. J'obéissais sans trop savoir et j’apprenais la discrétion ainsi que le maniement de la lame. On refusait de m'expliquer pourquoi je devais m'exercer tandis que mes nombreux amis eux allaient "au bord". Mais je m’exécutais et je me persuadais que cela finirait par me servir. Le bord, ce qui nous sépare du vaste inconnu, seul ceux qui chasse connaissent les secrets de ce monde. Mais j'étais convaincu qu'un jour nous aurons la chance de parsemer nous aussi ces secrets, et j'avais hâte que cela arrive.
Au fur et à mesure du temps, j'acquérais en expérience, toujours voilé par ce bleu sans surprise mais j'étais loin de m'imaginer ce qui allait se passer ce fameux jour où tout changea.
Revenant de mes exercices, je devais retrouver mes amis au bord, à mi-chemin, mon amie Ashika hurlait en me demandant de courir. Sur une montée soudaine d’adrénaline, d'un geste rapide j'entamais une course sans trop savoir sur quoi cela allait aboutir. Sur place, en contre bas, il y avait mes amis, tous là, ils regardaient ce ciel vaste ouvert à rien comme à tout. J'ai tout de suite compris qu'il se passait une chose peu ordinaire, en levant ma tête, je vis des nuages mais rien de plus. En me concentrant, j'apercevais une forme peu commune grise de très loin dans un mouvement lent, c'était abstrait et en même temps bien présent. L'adrénaline laissait place à la stupeur face à ce spectacle, étions nous les seuls à l'avoir vu ? Et que faire ? En ce fixant les uns les autres nous attendions que quelqu'un prenne la parole :

- " Ce n'est rien, aucunes inquiétudes à avoir, rentrons. " Lança une voix.

Prit par le mouvement, tout le monde suivait le pas dans un silence macabre mais ces événements me semblait vraiment étranges, trop de questions me venait à l'esprit ! Il fallait en savoir plus. C'est avec soif d'informations que les prochains jours allaient passer.
Nous savions que les terres du dessous abritaient des ressources nous permettant de subvenir à nos besoins, la viande y était bonne nous disent les plus grands chasseurs de la cité. Mais il en est rien concernant des créatures volantes. Je décidais par conséquent d'entamer les recherches.
Ce jour restera dans les mémoires, il fut temps de profiter de mon long apprentissage. Il était inévitable que les hautes instances de la cité ne pris pas connaissance de cette histoire, ils ont due le voir, c'est impossible. Il fallait que j'en ai le cœur net.
Pour ce faire je m'armais de patience et de courage en attendant la nuit noir. Ce masque aux couleurs harmonieuses de notre paysage que j'avais échangé à l'occasion de la fête de la prospérité faisait parfaitement l'affaire afin de couvrir mon visage. Ainsi qu'une lame d'entrainement à mon dos par pure habitude.
Au crépuscule, je me dirigeais vers le regroupement des Anciens, ceux qui par leur savoir transmettaient notre histoire, il étaient dans la plupart du temps inapprochable, c'était uniquement par les recueils qu'ils enseignaient. Approchant du but, je profitais de mes talents de furtivité pour atteindre le bâtiment, une embrasure me donnait visuel sur la réunion, j'entendais tout :

- " Il est certain que cette créature est un esprit ! Il me semble qu'il est enfin temps ! " Hurla une voix.

Un esprit ? Qu'est-ce que cela ? Rien ne nous éclairait sur ce sujet. Par le ton employé, je compris rapidement qu'on devait les craindre, sont-ils dangereux ? Le temps de ma réflexion les torches furent éteintes, je partis.
Le lendemain, mon amie Ashika m'attendait afin de retrouver les autres sur le bord, mais elle me conta :

- " Suis moi Daikuzan, tu recherches des réponses, cela devrait t’intéresser. "

Un manuscrit concernant les dragons ? Qu'est-ce et comment s'était-elle procurée une telle chose ? A peine le temps de ressortir de mes pensées qu'un fracas, ressemblant à une grande secousse nous fit tous plier des genoux. Dans la hâte, je courus rejoindre les autres mais personne. D'un coup le sol était comme animé, la cité entière était en train de se déplacer ! Qu'est-ce qu'il se passait ? Je ne pouvais bouger par crainte de tomber. Et c'est avec stupéfaction qu'un grondement surhumain annonçait le début de tout. Notre protectrice chutait traversant une barrière nuageuse. Toute la cité fut aveuglée par ce brouillard, et j'étais comme obnubilé entre le besoin de m'accrocher à quelque chose et agonisant face à la tournure des événements. Des cris s'entendaient, la surprise était totale. C'est ensuite qu'avec délicatesse que le voile nuageux quitta le chemin de notre protectrice. Cependant le brouillard pesait sur la cité, et c'est à ce moment précis, où chaque seconde était comme une éternité, que je me redressais et vis une créature majestueuse illuminant le brouillard d'un rouge écarlate s'approchant de moi. Il m'était difficile de distinguer des traits, comme un feu embrasant les horizons. C'était un moment somptueux mélangeant inconnu et découverte. Mais un sentiment de peur me prit en me rappelant les dires des Anciens, était-ce un de ces fameux esprits ? La crispation n’arrangeait pas cette situation hors du commun, ils étaient censés être un danger, tandis que notre protectrice continuait de s'échouer :

- " Daikuzan ! Un dragon ! " s'écria Ashika.

Ashika était accompagnée d'un Ancien, ami de son père. Il venait surement au bord afin de comprendre ce qu'il se passait. Donc cette lueur était un Dragon ? Comment savait-elle ? Je ne distinguais rien de cette ombre rouge mais elle s'approchait de plus en plus. Mais mon adage fut coupé par un féroce tremblement, en un instant je fus projeté dans le vide par la secousse, je me voyais quitter notre protectrice devenant de plus en plus petite et d'un coup, une chaleur.
Allongé à même le sol je repris conscience, à mes cotés mon masque. J'étais dans un abri en tissu et je repensais à ce qu'il c'était passé quand entra dans l'abri Ashika, je ne l'avais pas reconnu tout de suite, ma vision était flou. Elle m'expliqua tout en détail, un dragon me sauva la vie, l'Ancien avait tout vu, tout le monde m'appelait l'enfant du dragon alors que je ne l'avais même pas vu...
En me levant je vis deux lames en métal à mes pieds offert par l'Ancien, une ressource provenant de la terre uniquement me semblait-il, où étions-nous ? Mais ce ne fut que le cadet de mes interrogations quand je pris les lames et qu'elles s'embrasaient d'une flamme flamboyante...

C'était le début d'une grande aventure, la découverte d'un nouveau monde et tout ce qu'il compose, l'héritage laissé par notre bienfaitrice, la maîtrise du Feu ! Enfin tous les secrets nous sont ouvert et je n'allais pas en rater un.
cron